Trébas les Bains

Syndicat d'initiative

Histoire

Baronnie citée en 1199 et confirmée par un arrêté du Parlement datant du 15 Janvier 1323 ; TREBAS s’est développé autour des bases médiévales et des fortifications , ( dont il reste encore trois portes) à la fin du XVIII ème et au début du XIX ème siècles.

En 1789, Trébas est rattachée à la sénéchaussée de Toulouse et au diocèse d’Albi. L’église est dédiée à « Saint Blaise » qui est toujours fété au mois de Février..

La population qui s’élevait à 280 habitants en l’an VIII, est montée au maximum à 662 en 1846 pour se maintenir de nos jours à environ 420 habitants. Abrité par les collines environnantes ; le village s’étend au bord du Tarn, au sud- est du département ; limitrophe du Sud-Aveyronnais. Malgré la succession des époques l’habitat conserve l’esprit et la couleur du « Ségala» : maisons en murs de pierres couverts de toits de lauzes.

Le nom de Trébas est issu du mot gaulois « treb » = domicile.

Le blason est « d’or » à un « trèfle de gueules. »

Le 8 Thermidor de l’An VIII il fut procédé à l’adjudication du bac pour traverser le Tarn. La construction du pont de Villeneuve (1880-1887) modifia quelque peu la situation des bacs dans la région et celui de Trébas fut supprimé en Avril 1887 au grand dam d’agriculteurs de Curvalle et de Trébas qui possédaient des terres des deux côtés du Tarn et qui devaient faire à pieds un détour de plus de quatre kilomètres, sans route carrossable. Il y eut donc des passeurs particuliers jusqu’au 11 juin 1889 où intervint une décision ministérielle approuvant l’établissement d’un double passage d’eau, lieu-dit Saint Pierre, au confluent du Tarn et du rance. ( mais d’après les rumeurs il semble que le bac de Trébas ait fonctionné jusqu’à la veille de la seconde guerre).Son souvenir est entretenu dans la toponymie par le moulin de la rive gauche dit « le port » et par, sur la rive droite la présence du support de l’estacade (quadrilatère de poteaux jointifs enfoncés dans le roc dépassant de l’eau.)

Actuellement, un marché de pays se tient tous les Dimanches matin de Juillet et Août, mais en 1875, se tenaient cinq foires, au village puis ensuite une par mois ( la foire de Noël spécialisée dans les porcs gras ). Elles prirent fin au lendemain de la seconde guerre La commune a su conserver une partie de son activité agricole (vergers, miellerie, élevages d’ovins pour le lait entrant dans la fabrication du roquefort et de bovins pour la viande réputée du veau du Ségala, élevage de canards.) De nos jours, elle se tourne de plus en plus vers le tourisme rural qui se développe dans la région de façon significative. Une base de loisirs accueille les nombreux touristes autour des activités liées au Tarn, canoë, kayak, baignades, promenades le long de la rivière, guinguette ainsi que randonnées pédestres, équestres, avec des ânes, en VTT , tout autour de la vallée. 

Histoire des sources

L’utilisation des eaux de Trébas les bains remonterait aux temps les plus anciens. Elles étaient connues à l’époque Gallo-Romaine (en attestent des monnaies et médailles retrouvées en remaniant le captage, ainsi que des débris d’amphores avec des marques de potiers et des monnaies romaines parmi lesquelles un moyen-bronze de Germanicus.)

Les propriétés curatives et thérapeutiques des eaux cuivrées,ferrugineuses,lithinées des trois sources furent redécouvertes durant les années 1800 et la station thermale prendra un essor important et l’activité se maintiendra jusqu’au milieu du XX ème siècle. ( au XIX ème siècle l’état y envoyait de vieux militaires blessés dans les guerres de la République et de l’Empire .Pendant la Restauration la station était fréquentée par les grandes familles du Midi.

 


Consultez
notre brochure


Sentier des sources


Carte de la Vallée


Guide pratique 2014


Tarn en poche


Les Anes du Bosc

Canoer

Télécharger un sentier GPS

Copyright © 2011. All Rights Reserved.